Skip to main content

Gratuit et pour tout public, le festival Séries Mania ouvre ses portes à Lille du 18 au 25 mars 2022. Pourquoi existe-t ’il ? Retour sur sa création et son apport culturel sur les Hauts-de-France.

Sous l’impulsion du ministère de la culture, le festival Séries Mania naît en 2010 à Paris au forum des images. Intéressé par l’ampleur économique et géopolitique que prenait progressivement les séries, le ministère se penche donc sérieusement sur la question. C’est ainsi qu’en 2016, une demande est effectuée à la directrice de Séries Mania, Laurence Herszberg, à l’époque directrice du forum des images d’en rédiger un rapport… Dont les grandes lignes furent établies par Fleur Pellerin, la ministre de la Culture. L’objectif de ce rapport étant de montrer et de prouver l’intérêt d’accueillir en France un festival international de séries. S’en suit alors un appel à candidature auprès des différentes métropoles de France, que Lille remporte face à Paris. Les raisons ? Point névralgique européen, la ville était soutenue par le président de région et Martine Aubry, la maire de Lille, aussi prête à démontrer un certain savoir-faire pour accueillir de grands événements.

Un festival régional qui touche tous les publics

Lors de sa première édition, en 2018, le festival a connu une certaine affluence, 54000 spectateurs y ont assisté, soit près d’un quart de la population lilloise. Si le public était assez jeune (une majorité d’étudiants) jusqu’en 2021, il est devenu plus familial lors de la crise du covid. Romain Rossi, le responsable programmation, nuance le propos : « Selon les villes, on ne va pas du tout toucher le même public. A Saint-Quentin, ou à Tourcoing, on aura beaucoup moins d’étudiants mais plutôt un public familial voire beaucoup plus âgé que celui de Lille. » Et il ajoute que cela varie également de séance en séance et en fonction du genre de la série. Afin de répondre à la demande la plus large possible, la programmation du festival sélectionne une grande variété de séries selon des critères bien spécifiques. Le visuel, la qualité de jeu des acteurs, le scénario et le sujet traité influeront ainsi sur le choix du jury. Présentée en salle sous le format de deux à trois épisodes, les séries devront donc être percutantes et accrocheuses pour assurer leur succès.

Des fictions proches du réel

Ces fictions sont-elles miroirs de la réalité ? C’est en tout cas ce qu’affirme la chargée des publics, Chloé Destombes : « Pour cette édition 2022, on a beaucoup de séries qui traitent de sujets de société. Je pense notamment à Sentinelles pour la guerre, Oussekine sur les violences policières, SunShine Eyes, série allemande qui évoque les conséquences de la pandémie ou encore Children in the wood, qui se rapproche plus du documentaire-fiction et traite du trafic d’enfants » Un travail de funambule pour la programmation, qui doit trouver le bon équilibre entre les différentes nationalités, les ayants droits (ceux qui possèdent les droits de la série) et les diffuseurs… Tout ça dans l’optique d’offrir un panorama mondial de séries, et de parler à tous les publics. La région Hauts-de-France n’a donc pas à rougir de la vitrine culturelle qu’elle offre au monde.

Leave a Reply