Skip to main content
Thermomètre et medicaments, crédiat photo : pexel

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Unicef tirent la sonnette d’alarme. Les cas de rougeole ont éclaté ces derniers mois. Une flambée de près de 80% dans le monde. Y-a-t-il réellement une recrudescence ? Si oui, quelles en sont la cause ?

Pour commencer, qu’est-ce que la rougeole ? C’est une maladie qui ne touche que les humains, due au virus : measles virus (MV ). Elle est très contagieuse. Trop facilement transmissible par la toux, les éternuements et les sécrétions nasales, une personne contaminée peut infecter entre 15 et 20 personnes. Les symptômes de la rougeole sont nombreux, allant des plaques rouges, à la toux et la fièvre, jusqu’à une infection respiratoire. Elle peut se révéler mortelle, surtout chez les nourrissons.

À l’origine, elle était confondue pendant des centaines d’années avec la variole. Toutes deux sont très similaires. C’est au Xe siècle que la rougeole a été décrite pour la première fois. Elle a fait des ravages. Au XIXe siècle, les colons l’ont transmise en Amérique et en Afrique. Petite anecdote. Le virus a été exporté dans les îles Féroé proches du Groenland en 1851. Les 4 000 habitants l’ont contracté en six semaines. Seules cinq personnes ont survécu au virus. Pour en revenir à l’histoire, malgré des vaccins de plus en plus élaborés au fil du temps, la maladie n’a jamais été éradiquée.

Surtout présente dans les pays en situation de précarité, comme le Nigeria et le Yémen, elle reste persistante mais de plus en plus rare. Depuis quelques jours, les médias donnent l’alerte sur une augmentation de patients atteints de la rougeole.Lorsque l’on compare aux chiffres de l’année dernière, on constate 79% de cas en plus. En savoir plus sur le site internet de l’OMS

« C’est une comparaison peu judicieuse »

Monsieur Meunier, professeur de biotechnologie et de médecine, nous explique son avis.

« On compare les chiffres de 2021 et ceux de 2022, alors que ce n’est pas possible. On n’avait pas les mêmes conditions de vie et le Covid était sous les projecteurs. Confinés, les autres maladies avaient forcément moins de chance de se propager. Et puis on parle de cas et non de malade. C’est très différent ».

En janvier, février et mars, plus de 17 000 cas de rougeole ont été déclarés dans le monde. Or en 2019 et sur la même période, il y en a eu plus de 112 000. Comment interpréter ces résultats ? Concrètement, c’est sûr que lorsqu’on regarde les chiffres de l’année dernière à la même période, le taux de cas totalement explosé. Mais lorsque l’on exclut le covid, la rougeole n’est pas aussi présente qu’avant. En plus de cela, les personnes atteintes de la rougeole ne meurent pas forcément. Le manque d’hygiène, de nourriture et de médicaments aggravent la maladie. Et quand on sait que 25 000 personnes meurent chaque jour de la famine en Afrique, monsieur Meunier se questionne :

« Pour moi, ce n’est pas le vaccin la solution. Il faut d’abord résoudre le manque de nourriture pour avoir une chance d’éradiquer cette maladie ».

La rougeole est toujours présente et continue de tuer. Mais est-ce dû au manque de vaccination ou à la situation de précarité ?

Le virus de la rougeole vu au microscope électronique. Crédit photo : C. Goldsmith – AP – Sipa

Le virus de la rougeole vu au microscope électronique. Crédit photo : C. Goldsmith – AP – Sipa

Retrouvez d’autres articles sur notre site

Leave a Reply