Skip to main content

Les protéines en poudre. Leur cas déchaîne les passions des sportifs. Produit dopant ou non ? Sont-elles néfastes pour la santé ? Une chose est sûre, leur consommation n’est pas à prendre à la légère.

L’été approche, la pression pour le corps de rêve se fait de plus en plus forte ! Pour certains et certaines, c’est une véritable course contre la montre qui s’engage. Et pour rattraper le retard, les controversées protéines en poudre font de l’œil aux adeptes de la salle de sport.
Pourquoi controversées ? Longtemps, elles ont traînées une réputation de produit dopant et potentiellement nocif pour la santé des consommateurs.

Une démocratisation des protéines en poudre

Mais aujourd’hui, elles sont partout ! De Décathlon aux boutiques spécialisées en passant par des sites, les protéines en poudre sont accessibles à tous. Par exemple, Tibo Inshape, fameux youtubeur fitness au plus de huit millions d’abonnés, a lancé sa propre marque de protéines.
Plus précisément, de “whey”. Car oui, les variantes des protéines en poudre sont très nombreuses. Mais la forme qui a le plus de succès, c’est la “whey”.
Et même en ce qui concerne cette dernière, là encore, les sportifs ont l’embarras du choix. Entre un produit peu cher mais forcément plus riche en sucres et calories ou une poudre épurée, pleine de protéines mais au prix fort, le choix tourne au casse-tête. D’autant plus que la question de la santé des consommateurs est toujours d’actualité.
Le milieu médical reste d’ailleurs très dubitatif face à ce produit. “Le problème est que ces produits sont modifiés, filtrés. Une alimentation normale est suffisante, la consommation de protéines naturelles peut varier selon les besoins et les envies”, explique Xavier Lacourt, médecin généraliste.

Selon l’Agence Mondiale Antidopage, les protéines en poudre ne sont pas considérées comme produit dopant. Une consommation régulée de ce produit n’entraîne donc pas de complications pour les sportifs. Mais il existe tout de même un risque. Et encore une fois, le nerf de la guerre, c’est l’alimentation.

Une alimentation de qualité avant tout

La consommation de compléments alimentaires de la sorte doit tendre vers un objectif. Ca peut être pour mieux encaisser une grosse quantité d’entraînements pour un professionnel, ou juste pour prendre du volume dans le cas d’un amateur”, rappelle Bertrand Hozé, ancien entraîneur professionnel. “Si la consommation est encadrée par un médecin, il n’y a pas de problèmes. Mais le plus important, ça reste l’alimentation, notamment pour ne pas développer des carences.
Le risque principal est là. Si un sportif ingurgite de trop grosses doses de protéines en poudre, ces dernières vont prendre le pas sur les naturelles. Ce problème pourrait même se décupler dans le cas où le consommateur baisse ou arrête d’utiliser de la “whey”, car alors, il est presque certain de développer d’importantes carences. Et attention, trop de protéines consommées, même naturelles, entraînent de potentiels gros risques pour la santé.
Le plus important est le dosage, quel que soit le produit. La “whey” ne fait pas exception à la règle.